La clé, c’est la communication

Au cœur de la vision d’Elisabeth Ayrault, l’innovation, toujours l’innovation. Mais la dirigeante insiste : « l’envie d’innover doit naître d’un élan collectif, d’une dynamique partagée. »

« Ce que les employés attendent, c’est de pouvoir exprimer leurs craintes, qu’on les implique et qu’on leur explique clairement en quoi leurs efforts et les changements servent à quelque chose ».

L’envie de réforme au sein de l’entreprise est, comme souvent en France, bien présente. Mais les évolutions ont toujours un impact concret sur le quotidien des collaborateurs qui peut parfois en inquiéter certains. Pourtant, avec le bouleversement du monde de l’énergie, l’entreprise a, plus que jamais, besoin de ses employés pour avancer.

C’est dans cette démarche fédératrice que la CNR a vu naître sa direction de l’Innovation et de la Transition énergétique. « Chez nous, l’innovation s’entend sous de multiples aspects : l’innovation continue (organisationnelle, managériale…), l’innovation différenciante qui nous permet de répondre au mieux aux enjeux d’aujourd’hui et l’innovation de rupture avec laquelle nous anticipons les enjeux de demain. Nous pensons que le monde de demain est en plein bouleversement et nécessite que l’on s’implique tous. »

Concernant l’innovation continue, la direction recueille en effet les projets innovants d’agents de terrain volontaires.
Un jury évalue ensuite les projets et sélectionne les plus porteurs de sens pour les soutenir activement. Depuis le début de l’année, 185 idées ont été remontées du terrain. Une quinzaine d’entre elles auront la chance d’être accompagnées pour être menées à terme par la CNR. « Mesures de sécurité sur le terrain, protection contre les plantes invasives, recensement des poissons du Rhône… les idées sont nombreuses et prometteuses ! »

L’innovation différenciante, c’est la volonté pour CNR de développer des projets, toujours au plus près des territoires et parties-prenantes.

C’est ainsi que l’entreprise expérimente actuellement des techniques pour un financement participatif de ses parcs éoliens et photovoltaïques, associant les collectivités locales bien sûr, mais aussi les populations riveraines.

L’innovation de rupture enfin, c’est préparer l’offre de demain, être un Laboratoire des Energies du Futur, en contribuant au développement de la filière hydrogène, en investissant dans les recherches et expérimentations sur les techniques de stockage de l’énergie et en déployant, partout sur le territoire, des initiatives novatrices pour le déploiement de la mobilité verte. Création d’un corridor électrique le long du Rhône, permettant de se rendre du lac Léman à la Méditerranée en véhicule électrique alimenté 100% vert, participer au développement, à Lyon, d’une déchetterie fluviale alimentée à l’hydrogène vert… autant de projets sur lesquels la Présidente tient à s’investir pour rester à la pointe de l’innovation.

Pour Elisabeth Ayrault, la variété et la diversité des points de vue sont indissociables de la réussite de sa société. La communication, le partage, la pédagogie sont clés pour se renouveler. La Présidente accepte le débat, écoute les contre-pouvoirs pour construire un modèle d’entreprise plus adapté au marché de demain. Mais après le temps des discours vient celui de l’action. « Finalement le seul mot qui reste véritablement du rôle de manager c’est celui de la responsabilité. Après avoir écouté tout le monde, il faut décider pour agir. »