L’entreprise comme lieu d’apprentissage

En créant en 2015 la société « Comme des Papas », Arthur Bégou a fait un choix de cœur. Pour ce jeune entrepreneur, la jeunesse est un véritable moteur de l’entreprise mais elle ne fait pas tout. Le dialogue, le partage de points de vue sont essentiels et l’entreprise doit vivre comme un espace de création libre et d’expression. Une nécessité pour continuer à apprendre.

Avec la création en 2015 de la société « Comme des Papas », il porte aujourd’hui de multiples casquettes. « Mon rôle : assurer la partie communication, marketing, community management, administratif… Je ne m’ennuie pas ! » . Pourtant Arthur Bégou s’estime chanceux. En s’éloignant du domaine auquel il s’était initialement destiné – l’hôtellerie de luxe – il évolue aujourd’hui dans un milieu professionnel plus serein loin des cuisines étoilées. « Les naissances rendent les gens heureux. Le monde des bébés est une bulle qui déteint sur nous, sur notre travail. J’ai l’impression d’accomplir quelque chose d’important, pas dans le culinaire uniquement, mais également dans l’éducation alimentaire, qui transformera la vie de jeunes enfants. »

Pour Arthur Bégou, l’entreprise doit être un lieu de création libre et d’expression. Il reconnaît avoir beaucoup à apprendre et reste curieux de l’avis des gens qui l’entourent. Le réseau Entreprendre présent dès la genèse, Initiative France qui a décerné à la société le titre d’entreprise « Initiative Remarquable » en 2015, ou encore l’incubateur du pôle agroalimentaire Food Val de Loire qui a accompagné « Comme de Papas » au niveau local et leur a fourni un appui stratégique : les jeunes entrepreneurs ont bénéficié de l’aide et des conseils de structures pour nourrir et mettre en place leur projet. « L’entreprise, c’est un apprentissage au quotidien. Mais je suis heureux d’avoir pu créer ma propre voie. »

Aujourd’hui, je suis très heureux d’aller à la rencontre d’étudiants pour les convaincre de se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat.

Un apprentissage qui, il le reconnaît, demande une grande exigence. « Nous travaillons beaucoup ! Notre amplitude horaire est de 7 h 30 à 21 h du lundi au samedi. On ne prend plus de vacances, on donne tout ! Mais c’est indispensable dans une phase de lancement comme la nôtre ». Un rythme parfois entrecoupé de moments de détente et de convivialité lors de déjeuners hebdomadaires associés à la prise de décisions stratégiques ou de dégustation de nouvelles recettes. Car il a fallu beaucoup travailler pour prouver la solidité du projet et acquérir une véritable crédibilité malgré la jeunesse du projet et de ses acteurs, notamment lors de la recherche de financements.

Mais la jeunesse reste avant tout un véritable atout pour Arthur Bégou. « Cette fougue, voire cette nonchalance de la jeunesse, le fait d’avoir moins peur peut-être que nos aînés expérimentés à l’idée de se lancer, je trouve que nous sommes dans une dynamique qui inspire la confiance et l’envie pour nos partenaires et nos clients. »