Kim Auclair : « Avoir de l’ambition, c’était mal vu »

A 33 ans, la Québécoise Kim Auclair affiche une motivation sans faille. Sa force de caractère et son envie d’apprendre, encore et toujours, l’ont poussée à surmonter sa surdité pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Et à accompagner ceux qui, comme elle, ont choisi la voie de l’entrepreneuriat. Comment ? En leur proposant du conseil, de l’accompagnement à la production de contenus, à la création de réseaux ou encore de la location d’espaces de coworking. Un soutien à 360° qu’elle apporte par l’intermédiaire de Niviti, sa société créée il y a 6 ans. Objectif : briser la solitude des entrepreneurs et les aider à passer le cap fatidique des 5 ans. Elle revient pour le blog de Bruno Rousset sur son parcours.

Quel regard portez-vous sur votre parcours ?

Même s’il me reste du chemin à parcourir, je considère avoir accompli beaucoup de choses pour mon jeune âge. J’ai acquis une bonne crédibilité dans mon domaine d’activité et je suis très fière de vivre d’une passion qui m’anime ! J’ai commencé jeune en créant MacQuébec, une communauté Web d’utilisateurs de produits Apple au Québec en 2005 avant de créer Niviti en 2011. J’avais 21 ans. Aujourd’hui mes efforts ont porté leurs fruits et me permettent d’avoir du temps pour moi et mon entourage.

Quelles ont été les étapes les plus difficiles de votre parcours ? Comment les avez-vous surmontées ?

Trois « épreuves » m’ont beaucoup marquée ces dernières années.
La première est de ne pas avoir trouvé de bons associés. J’ai eu deux mauvaises expériences en affaires qui m’ont toutefois fait énormément grandir.
La deuxième est de ne pas avoir parlé de ma surdité pendant des années.

Je voulais d’abord que l’on me reconnaisse pour mes forces.

Une fois cette étape franchie, j’ai commencé à l’afficher. Je rencontrais de plus en plus de monde, je faisais des conférences, je ne pouvais plus cacher cette facette de moi. J’ai été surprise parce que les gens ont été très compréhensifs. Et même très curieux d’en savoir plus. Cela m’a beaucoup aidée à avancer.
La troisième période difficile a été la démission de ma première employée que j’ai vécu de façon très personnelle. J’ai surmonté cette étape en m’ôtant de la pression et en m’entourant des bonnes personnes telles que mes proches et mes mentors. J’ai aussi voyagé, ce qui m’a beaucoup aidée à me recentrer.

Vos mentors ont été des soutiens déterminants ?

Oui, c’est une aide importante pour tout entrepreneur, c’est d’ailleurs pour cela que j’ai eu envie d’en parler dans mon livre « Dans la tête d’une entrepreneure ». Mais le mentorat ne fait pas tout et il est fondamental de se développer soi-même en tant qu’entrepreneur, de trouver sa voie, de suivre ses convictions.

Quelle qualité vous a été la plus profitable dans votre parcours ?

Ma persévérance en affaires. J’ai continué malgré les obstacles.

Si c’était à refaire…

J’aurais aimé maîtriser la notion de l’argent plus tôt. C’est-à-dire apprendre à facturer, économiser, mais surtout mieux planifier l’avenir de mon entreprise. Je crois que c’est la seule chose que je referais autrement. Apprendre l’économie, en général, est important. Je me suis toutefois corrigée au fil des ans en m’y intéressant davantage.

Quel regard portez-vous sur l’entrepreneuriat aujourd’hui ?

Nous avons besoin de plus d’entrepreneurs, mais surtout d’innovateurs. Il y a actuellement beaucoup de sensibilisation qui se fait auprès des plus jeunes dans les écoles et je trouve cela très beau à voir. Lorsque j’ai commencé, avoir de l’ambition, c’était mal vu. Je me suis cachée. Et je crois qu’avec toute la sensibilisation que l’on fait, ce sentiment aura bientôt disparu. Tant mieux.

Qu’est ce que l’entrepreneuriat peut et doit, selon vous, apporter à la société ?

L’entrepreneuriat est bénéfique pour l’économie en alimentant le cycle de vie général des entreprises : créations, disparitions…  Mais surtout, il est le moteur de l’innovation. Il a ainsi un rôle essentiel à jouer dans le développement de nouvelles technologies qui peuvent changer le monde de manière positive.

A relire également :
Mathieu Froidure : « Le handicap n’existe pas ! »
Cécile Galoselva présente les enjeux de croissance d’Etic.

En savoir plus sur Kim Auclair :
Blog : www.kimauclair.ca
Livre : www.kimauclair.ca/livre