La passion d’entreprendre, une évidence ?

Entreprendre et vivre de sa passion était le thème de la conférence d’ouverture du Salon des Entrepreneurs*.  A cette occasion, le blog de Bruno Rousset s’est intéressé à cette passion, moteur de l’aventure entrepreneuriale.

Dans le parcours d’une vie comme dans celui d’un entrepreneur, la passion est protéiforme. Nul ne sait à l’avance quel visage elle prendra ou à quel moment elle naîtra. Certaines personnes savent depuis longtemps qu’elles exerceront tel métier et qu’elles créeront leur entreprise. Une évidence. Pour d’autres, la passion de l’entrepreneuriat sera le fruit du hasard, d’une rencontre ou d’une expérience. Parfois même d’un « accident de parcours ». Rapidement ou sur le tard. Elle n’en sera pas moins forte pour autant.

Les échanges et les invités de la conférence d’ouverture du Salon des entrepreneurs ont pleinement traduit cette diversité. En évoquant notamment la passion de l’entrepreneuriat et celle du métier. Si elles ne sont pas toujours concomitantes au lancement d’un projet, elles le deviennent souvent rapidement dans une dynamique stimulante et épanouissante.

« C’est quand je suis devenu entrepreneur que je me suis pris de passion pour mon métier, le commerce » explique Hugo Mulliez, cofondateur d’Artsper. Ce jeune entrepreneur a créé en 2013 une marketplace permettant à des galeries d’art d’exposer et de vendre des œuvres, 45 000 sont aujourd’hui sur le marché. Un succès.

Pour Maëlle Massard, co-fondatrice de Lunii, le chemin est différent : « j’ai toujours voulu créer un projet de bout en bout et mon métier c’est ma passion. Lunii  est mon projet de diplôme l’école de design » explique-t-elle. Le résultat ? Une Fabrique à histoires pour enfants ludique, diversifiée et connectée.

Régis Marcon, chef triplement étoilé au Michelin témoigne quant à lui : « je me suis demandé si à 60 ans j’aurai toujours envie. Et j’ai toujours envie.

Qu’est-ce qui entretient la flamme ?

Donner un sens à sa vie, savoir pourquoi on se lève le matin ». Enfant, il se destinait aux Beaux-Arts. « Je suis entré dans ce métier (de la cuisine) par la porte de la passion » explique-t-il. Une passion nourrie de l’atmosphère du café du village de Saint-Bonnet-le-Froid tenue par sa mère. Une passion qu’il a su transformer en succès. Régis Marcon est aujourd’hui propriétaire d’un restaurant, de trois hôtels 3 et 4 étoiles, d’un Bistrot ainsi que d’une école de cuisine.

* qui s’est tenu les 13 et 14 juin dernier à Lyon.

A lire également : « J’ai toujours voulu être entrepreneur », le témoignage de Yoann Alarçon de Potager City