Mix-r : « La RSE est une nouvelle manière de piloter l’entreprise »

Faire de la RSE le levier de développement de l’entreprise est l’objectif de Mix-r. A l’origine de sa création ? Stéphanie Paix de la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes, Thierry de la Tour d’Artaise du Groupe Seb, Bruno Rousset d’April, Emmanuel Mony, directeur général de Segex et Régis Chomel de Varagnes, directeur d’Oraveo. Ce dernier, directeur général de Mix-r, en présente le rôle et les ambitions.

Pourquoi Mix-r ?

Régis Chomel de Varagnes : « Mix-R est né du constat que toutes les entreprises, quel que soit leur taille ou leur secteur d’activité, rencontrent des problématiques similaires dans le déploiement de leur démarche RSE. A cela s’ajoute le fait que les responsables RSE sont généralement assez isolés et que les dirigeants d’entreprise ont besoin de s’approprier ce sujet, mais aussi d’en maîtriser toutes les dimensions. La RSE est profondément l’un des outils stratégiques les plus aboutis. Elle ne se résume pas à la somme des actions sociales et environnementales de l’entreprise, elle est une manière de piloter, de se préparer au monde de demain. Un monde où le système économique industriel et mécanique va être supplanté par un système basé sur la connaissance et le numérique, un monde de frugalité environnementale, où l’entreprise n’aura d’autre choix que d’être très collaborative et ouverte sur son écosystème et de se réinterroger sur sa performance globale : économique, sociale et environnementale. »

Que propose Mix-r ?

« Mix-r est une entreprise à mission, statut qui concilie une vision entrepreneuriale avec une logique d’intérêt général, pour ne pas être une nouvelle association. Notre offre de services s’adresse à toutes les entreprises. Elle se compose de trois volets, le premier est « inspirer », c’est à dire susciter l’intérêt et motiver le passage à l’action. Cela passe par exemple par des voyages d’études entre dirigeants en France et à l’étranger. Le deuxième est « agir et expérimenter » avec des rencontres entre pairs, dirigeants et responsables RSE, sur des problématiques spécifiques. Ce volet comporte également des programmes thématiques dans lesquels nous allons co-créer de nouvelles solutions et mettre en œuvre des actions avec des entreprises qui désirent aller plus loin. Le troisième est « embarquer ». Cela consiste à prendre ce qui se fait très bien chez les uns pour le proposer aux autres, de pouvoir dire aux entreprises « rejoignez-nous, il n’y a pas besoin de réinventer la poudre pour s’engager dans une dynamique RSE efficace ». »

Quels sont les priorités RSE des entreprises ?

« Un enjeu fort pour la RSE est que tous les dirigeants prennent ce sujet à bras le corps et en fassent un sujet de direction générale et de comité de direction. Cela émerge dans certains grands groupes. Autre enjeu, le dialogue avec toutes les parties prenantes de l’écosystème de l’entreprise et donc la capacité d’ouverture de cette dernière. Il y a aussi de fortes interrogations sur ce qu’on appelle l’utilisation du digital et du Big Data responsable. Comment j’utilise les données de façon responsable au-delà de la petite case à cocher stipulant que le client a bien lu les conditions générales ? Sans oublier la réflexion sur la transformation des métiers ou comment réapprendre à faire son métier en appliquant la RSE et ses principes. Après, suivant le secteur d’activité, les priorités vont varier mais ces quatre points constituent un socle commun de réflexion. Plus spécifiquement les priorités de Mix-r seront définies à l’occasion de la soirée de lancement par la co-construction et l’intelligence collective des participants. Mix-r accompagnera cette dynamique d’évolution par le faire ensemble. »