Qui sont les étudiants entrepreneurs ?

Alors que les formations à l’entrepreneuriat se multiplient, le statut d’étudiant entrepreneur conforte cette dynamique. Rencontre avec Laura Pilibossian, créatrice de la start-up LesBonsTech à Lyon. Après un lancement en SAS en août 2018, l’embauche de deux salariés est d’ores et déjà prévue en 2019.

Mettre les compétences des jeunes à proximité des besoins des entreprises

« J’ai lancé mon projet de start-up avec mon associée alors que nous étions en dernière année d’école de commerce, en spécialisation entrepreneuriat à l’Idrac Business School. Nous sommes parties de deux constats simples : les étudiants en fin de cursus, qui possèdent de fortes compétences, ne trouvent pas de jobs étudiants en lien avec leur formation. De plus, de nombreuses entreprises manquent de compétences dans le domaine du digital : la communication, le webdesign, le développement web, etc. C’est ce qui nous a poussées à créer une agence digitale nouvelle génération qui possède un business model 100% en ligne (rédaction du cahier des charges, proposition de budgétisation et planning, suivi de la mission etc.) et qui travaille uniquement avec des ressources juniors, étudiants en fin de cursus et jeunes diplômés, spécialisées dans le digital. Notre agence se positionne en tant que product owner et encadre ces ressources pour un résultat de qualité, avec un coût maîtrisé pour nos clients. Pouvoir mixer les générations, les faire travailler ensemble sur le domaine du digital, et permettre aux jeunes de mettre en pratique leurs compétences est l’un des objectifs premiers de notre start-up. »

Le statut d’étudiant-entrepreneur, un allié de poids

« L’Idrac Business School, dont nous avons rejoint l’incubateur début 2017, nous a poussées à prendre connaissance du statut étudiant entrepreneur délivré par Beelys, le pôle PEPITE à Lyon. Il nous permettait notamment de faire notre stage de fin d’études au sein de notre propre startup, de rencontrer encore plus d’intervenants spécialisés, de participer à des workshops thématiques, tout ce qui plus tard allait donner du poids à notre projet auprès des premiers clients. Nous avons renouvelé ce statut après notre diplôme car il nous permettait de conserver nos avantages étudiants, comme la sécurité sociale, l’accès aux aides de la CAF, tout en étant chef d’entreprise. Pour de jeunes entrepreneurs ce sont des détails importants qui permettent un soutien lorsque le démarrage du projet est parfois long. Ces avantages nous ont aidées à finir notre première année sans difficulté »

 Un réseau étoffé et un temps pour repenser son projet

Le grand avantage du statut d’étudiant entrepreneur c’est l’opportunité de se construire un réseau.

« À 22 ans, on n’a pas vraiment mis le pied dans le monde du travail, et posséder un réseau qualifié et sources d’opportunités pour notre business est compliqué mais primordial pour lancer sa structure. Nous avons notamment trouvé auprès des intervenants des partenaires clés pour notre business : des avocats, des comptables etc. Nous étions conseillées par des personnes qui intervenaient bénévolement, qui avaient une appétence pour l’entrepreneuriat et plaisir à travailler avec nous. C’était aussi l’une des premières fois que nous passions devant un comité d’engagement, donc devant des personnes expérimentées qui appuyaient là où le projet était un peu fragile et nous ont permis de nous remettre en question. C’est à ce moment que nous avons commencé à affiner notre projet, à trouver des solutions à ce qui était un peu bancal, et à renforcer notre business model. »